Lundy GrandPré



 

Scénographe et designeuse, Lucile Genin (moitié de Lundy GrandPré) est diplômée, en juillet 2020 d’un DNSEP Design d’Espace, obtenu avec les félicitations du jury. Formée à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, elle y apprend la scénographie de théâtre, la scénographie urbaine, la scénographie d’exposition et le design d’événementiel. Son travail s’inscrit dans une démarche d’économie de moyens et de matière. En 2016, elle fait partie de l’équipe fondatrice de la Récupérathèque des Beaux-Arts de Lyon, lieu de troc de matériaux destiné aux étudianz.

En mai 2018, elle crée la Compagnie iel avec Akène Lenoir, Lily Brieu et Pierre Chauvin-Brunet. Ils y créent depuis des spectacles, des performances et des ateliers pour les jeunes. Elle y est à la fois scénographe et interprète.

Aujourd’hui, Lucile Genin mène un travail artistique engagé sur des sujets politiques tels que l’alter-gynécologie, l’anticapitalisme, le transféminisme dans une vision intersectionnelle et multidimensionnelle. Elle est notamment active au sein des Cybersistas et du ·ClubMæd· sur des questions de langages inclusifs. 

Sa création est indissociable de son militantsime.

Lucile travaille majoritairement en groupe, en duo, ou pour des projets collectifs. Elle considère qu’un groupe est une force de réflexion et d’enrichissement de la production par le croisement de divers points de vue et manières de produire. 

Ses travaux regroupent des réflexions dans des objets plastiques et performances à lectures multiples. La réflexion autour du système de diffusion utilisé pour ses pièces est au cœur de son travail. Elle considère ses créations comme indissociables des outils utilisés pour les diffuser.

  

Proposition pour le Prix Hélène Linossier 2020

Con*Fesse-io(a)nal

Installation pour performance                                                                
Tissu teint à la betterave et sérigraphié                                                             
Durée : 10 minutes

Terre, je promets de t’aimer, t’honorer et de te chérir, jusqu’à ce que la mort nous rapproche à jamais. 

En 2008, Annie Sprinkle et Beth Stephens terminaient leur Ecosex Manifesto par cette sentence. Mon Con*Fesse-io(a)nal s’en inspire librement. 

Un rideau sérigraphié aux couleurs de l’écosexualité définit un espace caché du reste de l’espace de l'exposition. Læ spectataire peut s’en approcher. Deux performaires activent l’installation en entrant en contact avec lu, depuis l'intérieur du rideau.  

La Con*Fesse-Fion est un exercice inédit pour læ spectataire, embarqué dans un voyage politique entre intime et public, entre intérieur et extérieur, entre individualité et collectivité. Les chuchotis suaves et tendres lu arrivent aux oreilles. Al est libre, peut-être, d’explorer son potentiel ecosexuel. Le public autour du dispositif s’invite à la partie en imaginant l’action qui se déroule à l'intérieur et en décryptant les motifs du rideau et les actions des performaires…

Note al lectaire : 
Dans ce texte, l’usage d’un langage inclusif est privilégié. Les choix grammaticaux se font selon l’ouvrage : Grammaire du français inclusif, de Alpheratz, publié aux éditions Vent solars en 2018.

CONTACTS

Site internet : https://lundygrandpre.hotglue.me

Mail : lundygrandpre@protonmail.com

Instagram : @lundygrandpre

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now