Gauthier Andrieux-Cheradame

Né en 1996 à Clichy-la-Garenne(92), vit et travaille un peu partout.

 

Après un baccalauréat littéraire et une année propédeutique en classe préparatoire publique spécialisée dans la céramique à Beauvais en 2014, il intègre l’EESSAB Lorient en 2015 puis l’Ensba Lyon en 2016. Il obtient le DNSEP avec les félicitations du jury en 2020. Régisseur au sein de l’association culturelle Les Mills basée dans le Loiret (45) depuis 2018. Celle-ci accueille des résidences et ateliers collectifs et interdisciplinaires mêlant notamment la musique actuelle, le théâtre et les arts plastiques. Il publie le premier ouvrage du cycle de recherches et de publications Labor dirigé par les éditions Burn~Août, projet éditorial indépendant.

 

Son travail investit le langage sculptural à différentes échelles et au travers de divers matériaux, bois, céramiques, papier, ready-made. S’intéressant à des formes issues et produites par le travail et le domaine de la construction, on peut y observer des analyses formelles et poétiques de rapport de force. C’est une production plastique qui cherche à se construire comme champ lexical, raisonnant par analogie avec les formes et les sujets, permettant de créer des ponts entre les domaines, les applications, les usages, les noms, les mots. Reflétant un intérêt pour le vocabulaire technique comme dénomination pragmatique de réalité physique, les gestes se situent autant au niveau matériel que langagier à l’aide de glissement, de pas de côtés qui permettent de briser une impression de frontalité. On trouve un regard sur la pesanteur des objets, leurs incarnations en tant que densité dans des mécanismes de forces inhérents et séculaires. Une réflexion sur nos certitudes quant à la normalisation de notre environnement, une appropriation du domaine public, une déconstruction structurelle des formes structurantes. C’est une recherche qui vise à rétablir des croyances dans les objets comme porteur de charge sensible auprès de matériaux vivants qui travaillent dans une temporalité qui leur est propre et dans le langage comme matière effective sur le monde pris dans des logiques de pouvoir. Qui s’attarde sur des modes de représentation, de construction d’images au prisme de l’illusion et de la sensation de tomber.

 

Proposition pour le Prix Hélène Linossier 2020

 

Le diable est dans les détails. The devil is in the details. 

 

Rapport de monsieur Claude Navier à monsieur Bequey et mémoire sur les ponts suspendus 1823. 

 

Tubes de papier et céramique.

 

L’inversion de la pesanteur nous fait passer de la voûte avec ses matériaux travaillant en compression jusque dans les culées au pont à câbles ou à haubans autrefois pont à chaînes (pont à tablier suspendu) travaillant en traction. Inversant de ce fait, horizontalement, la forme de la voûte vers cette forme en courbe exponentielle. Nécessitant donc un lestage en conséquence, mais permettant des travées beaucoup plus élancées révolutionnant ainsi l’histoire des traversées et des mises en relation. N’oubliant pas la tristesse que serait un monde sans l'existence des ponts.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now